Un développement social vitaminé

Agir avec et pour les plus fragiles

Le pôle activités et innovations sociales de BATIGERE RHÔNE-ALPES travaille en étroite collaboration avec les agences pour favoriser l’accès et le maintien dans le logement des locataires les plus fragiles ainsi que leur accompagnement tout au long de leurs parcours résidentiels.

A partir des besoins peu ou mal satisfaits, des attentes des locataires, un travail d’élaboration est mené pour approfondir les diagnostics et envisager des solutions nouvelles en lien avec les autres parties prenantes du territoire.

1. Un accompagnement social adaptable

Au quotidien, la conseillère sociale du service est interpellée par les chargés de clientèle et/ou les assistants commerciaux pour mettre en œuvre des diagnostics sociaux qui peuvent donner lieu ou non à un accompagnement social d’une durée moyenne de 4 mois. Les raisons de ces sollicitations sont de diverses natures :

  • difficultés sociales : santé, isolement, troubles psychiques…
  • troubles du voisinage
  • impayés associés à des difficultés sociales

En 2018, 105 ménages ont été accompagnés pour différents motifs : aide à l’accès au droit, demande de mutation, besoin de soutien dans le cadre d’un impayé…

Plus spécifiquement 23 familles ont bénéficié d’une évaluation sociale au moment de l’attribution de leur logement. L’objectif étant, suite à une fragilité repérée, d’avoir une attention particulière et faire rapidement le lien avec les services sociaux accompagnants tels que les Maison de la Métropole, les associations…

15 de ces ménages ont été évalués dans le cadre d’un recours DALO. Ces derniers concernent 8 personnes isolées hébergées, 1 personne sans domicile fixe depuis de nombreuses années, 6 familles monoparentales.

Par ailleurs la conseillère sociale instruit les dossiers de demandes d’adaptation du logement en cas de handicap, problèmes de santé liés au vieillissement ou autres. Elle répond également aux besoins de mutations pour des raisons sociales : appartement inadapté à la configuration familiale, accident de vie et baisse des ressources, problème de santé.

Les mutations sociales

L’ensemble du service social se mobilise en faveur des mutations considérées comme sociales, répondant à des critères d’urgence qualifiés et objectivés, tels que la sous ou sur occupation, un logement trop cher, inadapté pour des raisons de santé ou de handicap, accident de vie…

70 demandes de mutations sociales ont été recensées en 2018

29 propositions de relogement ont été réalisées pour 11 refus et 18 relogements effectifs.

Le principal motif de demande de mutation reste la suroccupation (naissances, souhait de vivre avec un parent âgé ou un enfant majeur handicapé…), et représente plus de la moitié des mutations effectuées. Impayé et loyer trop cher font peu l’objet de demande de mutation ou de mise en œuvre effective. Seulement 3 mutations sociales ont été réalisées selon ces critères en 2018 : 2 par le service social et 1 par le service contentieux.

Bien vieillir avec BATIGERE

Les locataires sollicitant BATIGERE RHÔNE-ALPES pour un aménagement de salle de bain, sont majoritairement retraités, avec une moyenne d’âge de 74 ans à Lyon et 78 ans à St Etienne.

Les demandes relèvent surtout d’une transformation de baignoire en douche. Les locataires évoquent des difficultés de santé principalement liées à l’avancement dans l’âge, et pour d’autres, liées à des maladies qui nécessitent des traitements lourds.

Si l’accompagnement des personnes dans l’adaptation de leur logement fait l’objet d’un suivi rigoureux selon des processus établis, le sujet plus large du « bien vieillir » est central dans les réflexions menées par BATIGERE RHÔNE-ALPES qui travaille en lien avec le Groupe BATIGERE et des acteurs de territoire, tels qu’UNIS CITE avec le projet Inter généreux, le CCAS de ST Fons ou encore le Centsept, dans le cadre de son laboratoire d’innovations sociales, pour favoriser l’émergence de solutions en faveur du maintien à domicile, mais aussi pour préserver le lien social et lutter contre l’isolement.

3

commissions aménagements

21

demandes

13

accords

7

aménagements de salles de bains livrés

4

à Lyon et

3

à St Etienne pour un montant de

27 500 €

dont

7 500 €

pris en charge par la CARSAT

Unis autour du projet Inter généreux Saint Fons

Le constat est partagé par tous les acteurs de St Fons : l’offre d’activités et d’information en direction des personnes âgées isolées est peu ou mal repérée par les habitants de St Fons. Ainsi le taux de participation des plus de 65 ans aux activités qui leur sont dédiées est faible et le renouvellement des participants quasi nul.

Le projet Inter généreux porté par UNIS CITE, en lien avec le CCAS, les bailleurs BATIGERE RHÔNE-ALPES, LYON METROPOLE HABITAT et la CARSAT, permettra d’identifier, de mobiliser les retraités et de leur présenter les activités existantes, en allant à leur rencontre via du porte à porte.

Une réunion de lancement du programme avec les volontaires d’UNIS CITE s’est tenue en octobre 2018. L’objectif de cette rencontre étant de présenter le rôle et les activités du bailleur, leur donnant également quelques conseils afin de pouvoir entrer en contact avec les personnes âgées.

2. Un engagement soutenu en faveur des publics prioritaires

Les accords collectifs

En 2018, les objectifs fixés dans le cadre du Plan Départemental d’Action pour le logement des Personnes défavorisées (PDALHPD) et précisés dans l’Accord Collectif Intercommunal et départemental d’Attribution (ACDA) ont augmenté.

La chargée de mission développement social a réalisé 6 relogements sur un objectif de 7 au titre du volet MVS (Maison de la Veille Sociale) pour les sortants de Centres d’Hébergements et de Réinsertion sociale (CHRS). Elle a été par ailleurs confrontée à 3 refus, liés à une typologieconsidérée comme trop petite.

Ces refus font l’objet d’échanges avec les associations partenaires et constituent un moyen de retravailler les attentes des personnes dans le cadre de leur recherche de logement.

Maison de la Vieille sociale : relogement de 6 personnes seules venant de 5 associations partenaires, en situation d’emploi précaire.

Dans le cadre du programme Accel ‘AIR, 5 ménages de réfugiés statutaires inscrits dans un programme d’insertion socio-professionnelle sur un objectif de 6 ont été logés par BATIGERE RHÔNE-ALPES. 3 refus liés à l’agencement du logement (soit trop petit, soit atypique) ont été formulés par les candidats.

Accel ‘AIR : 20 % des personnes logées sont des couples avec enfants et 60 % des personnes seules sans enfant. 80 % des ménages sont salariés et 20 % bénéficiaires des minima sociaux (avec perspective d’accès à l’emploi à moyen terme).

BATIGERE RHÔNE-ALPES a relogé 3 ménages DALO sur son parc pour un objectif de 1.

69 ménages

logés dans le cadre des accords collectifs en 5 ans

79 ménages

logés dans le cadre du Dalo en 5 ans

Des partenariats associatifs forts

BATIGERE RHÔNE-ALPES travaille en étroite collaboration avec les associations des territoires pour favoriser l’accès et le maintien dans le logement de personnes en situation de vulnérabilité. Le partenariat se traduit par de la sous-location de logements et la mise en œuvre des baux glissants. Les possibilités de relogement des ménages accompagnés dans le parc de BATIGERE RHÔNE-ALPES sont toujours évaluées. Une approche qui tend à se développer.

16 associations

partenaires :

12

sur la Métropole lyonnaise

3

dans la Loire

1

en Savoie

47

logements concernés

9

en bail glissant dont

4

mis en place en 2018

1

glissement et

2

refus de glissement

Le cercle associatif sur la Métropole lyonnaise

Logement d’Abord et la résidence Perspectives

La résidence Perspectives à Lyon 3e, livrée entre octobre 2015 et juin 2016, dont l’objectif est de favoriser, au travers de logements aux surfaces optimisées et aux charges locatives maîtrisées, les parcours locatifs de ménages cumulant difficultés financières et sociales, réunit à elle seule 23 logements en sous-location, en partenariat avec 3 associations : Lahso, Ailoj et Entre2toîts.

La résidence Perspectives a la particularité d’être occupée au rez-de-chaussé par le Point Accueil de Lahso qui œuvre dans le champ de l’insertion sociale des publics sans domicile fixe.

Le projet social de la résidence a été retravaillé en 2018 et validé par l’ensemble des partenaires associatifs et des réservataires. Ce projet social acte de l’inscription de la résidence dans l’Appel à Manifestation d’Intérêt « Logement d’Abord » lancée par la Métropole lyonnaise en 2018.

Dans ce cadre, 4 logements remis à disposition par des réservataires et gérés par Lahso ou Entre2toîts seront, en partenariat avec la Maison de la Veille Sociale, dédiés au logement de personnes sans domicile fixe accompagnées par les équipes du Point Accueil en lien avec le service social de BATIGERE RHÔNE-ALPES.

Des partenariats associatifs qui débutent à St Etienne

L’équipe sociale a rencontré en 2018 le tissu associatif stéphanois ainsi que la DDCS (Direction Départementale de la Cohésion Sociale) afin de :

– mieux comprendre les enjeux sociaux du territoire
– identifier les liens possibles entre les besoins des publics dits prioritaires et les logements disponibles du parc stéphanois . Elle a commencé à tisser des liens avec ces 3 associations en lien avec l’équipe sur place.

10 propositions

de logement pour

2 relogements

effectifs

3. Réhabilitation en milieu occupé

La chargée de développement a travaillé en 2018 sur 2 réhabilitations en milieu occupé dans le 8e arrondissement de Lyon et à Villeurbanne.

Ce travail d’accompagnement des locataires dans la bonne appréhension des travaux et des modifications induites par le conventionnement de leur résidence a donné lieu à la signature de 47 protocoles d’accord, aux mutations de 3 personnes pour des raisons de santé et d’accessibilité et l’accompagnement social de 2 personnes confrontées à des problématiques allant au-delà des sujets traités dans le cadre des réhabilitations.

4. Renouvellement urbain

Dans le cadre du renouvellement urbain opéré sur la commune de St Fons, la chargée de développement social, référente relogement dans le cadre de la charte signée par l’ensemble des bailleurs, a favorisé en lien avec l’équipe commerciale de l’agence le relogement de 4 ménages dans le parc de BATIGERE RHÔNE-ALPES à proximité, pour 16 propositions de logement de LMH.

5. Animations de proximité

Les débuts du Frontball à Saint Fons

Le réseau BATIGERE a signé une convention d’un an pour développer ce sport qui demande peu de moyens (1 mur, 1 balle) dans les quartiers d’habitat social. A Saint Fons, où BATIGERE RHÔNE-ALPES gère environ 570 logements, Yoan Heguiabehere de l’association Frontball Développement est venu animer en juin, une première session de formation. Une dizaine d’acteurs de terrain, animateurs venant de BATIGERE, du centre social Arc en Ciel, d’associations de proximité et des services de médiation sociale de la Mairie ont pu expérimenter ce sport ludique et accessible.

Exercices pédagogiques de différents niveaux, explication de règles, points de vigilance pour maintenir la motivation des jeunes, Yoan a transmis à ses stagiaires toutes les clés pour leur donner envie de jouer. Ainsi pendant tout l’été 2018, équipés de leur balle, il a mobilisé les jeunes de St Fons et leur a appris à jouer au Frontball. En septembre, un premier bilan a été fait afin de partager l’expérience des animateurs avec les équipe des écoles de St Fons et de développer le Frontball au-dehors et au-dedans des murs.

Chantier jeunes : une recette qui marche – Saint Fons

5 jeunes âgés de 16 à 21 ans accompagnés par le service prévention de la Sauvegarde 69 ont bien mérité leurs vacances.

Il est l’heure de fêter la fin d’un chantier rondement mené autour de jus de fruit et gâteaux partagés avec les équipes de BATIGERE RHÔNE-ALPES à ST Fons.

En juillet, pendant 6 jours, encadrés par 2 éducateurs, les jeunes ont repeint et remis au propre une cage d’escalier d’une résidence dans le quartier Carnot Parmentier. Ils ont réalisé un travail rémunéré de qualité, en respectant les habitants qui le leur ont bien rendu.

Ces partenariats très vertueux, valorisant pour les jeunes et créateur de liens avec les locataires, sont chers à BATIGERE RHÔNE- ALPES.

Durée :

6 jours du 2 au 12 juillet 2018

48 h de travail par jeune

Nombre de jeunes :

5 jeunes

Age :

de 16 à 21 ans

Somme gagnée par jeune :

360 €